En France, nous distinguons :


Groupe de pratique
  • Un groupe de pratique est animé par une personne en cours de certification et/ou supervisé par un formateur certifié.
  • Les participants ont suivi au moins un stage d'introduction
  • L'animateur est bénévole : il n'est pas rémuné pour son temps ni ses compétences. En revanche, il peut demander une indemnité pour ses frais (photocopies, déplacements).
Groupe de pratique autogéré
  • Un groupe autogéré regroupe des personnes ayant suivi plusieurs stages en CNV (au minimum les 3 modules d'introduction).
  • Les participants partagent l’animation du groupe, ou le groupe est animé par une seule personne.
  • Une personne prend en charge l’aspect organisationnel.
  • Les frais éventuels sont partagés entre les participants.
Il semble important de clarifier les intentions des participants qui se retrouvent en groupe de pratique. De nombreux groupes ont rédigé des documents pour clarifier leur charte ou règles de fonctionnement.
Il semble également important de clarifier les modalités de fonctionnement du groupe, notamment en ce qui concerne l'animation : animateur unique ou réelle "autogestion" du groupe. Ce point mérite d'être clarifié pour éviter des surprises.
Atelier de pratique
  • Un atelier de pratique est animé par un formateur certifié.
  • Le formateur certifié peut demander une participation financière
Café Empathie
  • Un Café Empathie, c'est un temps et un lieu d'accueil où chacun peut venir exprimer ce qui le préoccupe et recevoir une écoute empathique, bienveillante, sans jugement, ni avis ou conseil.
  • Les personnes qui écoutent doivent avoir suivi, a minima, la formation de base à la CNV (CNV 1, 2 et 3), pour assurer une écoute de qualité.
  • Les personnes qui n'ont pas fait les 3 modules de base peuvent soit être écoutées, soit observer une écoute empathique CNV.
  • le Cafe Empathie est ouvert à tous et, le plus souvent, gratuit.
  • une initiation à la CNV peut quelquefois y être réalisée.

La distinction entre les différents types de groupes est issue d’une proposition des formateurs certifiés français ; elle permet d’inscrire l’apprentissage de la CNV dans un continuum avec la formation initiale et d’offrir au réseau des groupes de pratique un cadre respectueux de l’intégrité du processus CNV tel qu’il a été élaboré par Marshall Rosenberg.
Au-delà de ces distinctions théoriques, l’essentiel est en fait de trouver le cadre formel qui convient sur le plan de l’organisation et de l’animation, ce cadre pouvant évoluer et passer d’une prise en charge par un seul référent à des formes d’animation tournante ou collective.

Quelques repères courants pour tous les types de groupes :

Les groupes ont deux caractéristiques principales : la proximité géographique et la régularité
Ils permettent de :
  • s’entraîner avec d’autres à la Communication NonViolente
  • intégrer progressivement la Communication NonViolente
  • recevoir de l’empathie et du soutien pour dénouer des situations de la vie quotidienne
  • expérimenter la communication non violente, à partir de situations de la vie quotidienne
  • être en lien avec d’autres personnes qui partagent la même intention de vivre une qualité de relation avec soi et avec les autres

Ces groupes permettent aussi d’être en lien avec le réseau.
Ils sont complémentaires des formations.
Ils ne se substituent pas à un accompagnement thérapeutique.

Nous ne parlons pas ici des initiatives de celles et ceux qui veulent partager leur découverte de la CNV avec des personnes qui ne sont pas formées. Ces initiatives existent. Si vous êtes dans ce cas, vous êtes invité·e à partager votre expérience dans un autre article : Initiatives pour faire connaitre la CNV.

Pour davantage d'informations sur les groupes : Guide pour pratiquer la CNV en groupe : l'essentiel